Aller au contenu principal

Valorisation des connexes

AGROLANDES souhaite apporter son appui aux entreprises du territoire en investissant dans les infrastructures, en gérant le parc d’équipements et en favorisant les coopérations interentreprises. 

connexePour ce faire, les moyens de valorisation possibles sont de deux types :

  • en pré-traitement : extraire les matières à forte valeur-ajoutée d’un produit et/ou enlever les matières indésirables, ce qui permet d’obtenir des produits plus efficaces en production.
  • en post-traitement : améliorer la réutilisation des déchets et accompagner l’évolution des législations.

Il découle de ces deux moyens de valorisation, le vaste sujet de l’eau, que ce soit la question de la gestion de la ressource en eau ou celle du traitement des eaux usées.
Ces eaux sont en général chargées en matières organiques « naturelles » (eaux de lavage, jus de cuisson…) et méritent donc un traitement particulier en termes de réutilisation directe de ces eaux (« reuse ») ou de valorisation (extraction de molécules d’intérêt).

En suivant la même méthodologie de travail que pour les autres axes stratégiques, AGROLANDES a réuni à ce jour 5 groupes de travail (réutilisation des eaux de process, valorisation des lisiers, valorisation des sous-produits des filières volailles et aquacole, méthanisation) au cours desquels plusieurs problématiques ont été soulevées. 


reuseREUSE de l'eau

La première, et probablement la plus centrale, c’est la question de l’eau. L’utilisation et la gestion de l’eau est au cœur de chaque discussion et c’est la raison pour laquelle l’équipe du GIP s’est conforté dans sa volonté de conduire une étude d’envergure sur la stratégie de consommation, de stockage et de réutilisation des eaux agricoles et agro-industrielles.

La question de l’eau n’est pas exclusive au périmètre agricole et agro-industriel. Ce sujet est également à mettre en lien avec les thématiques d’aménagement du territoire, de préservation de l’environnement, de zones touristiques, etc.

Le premier objectif du GIP est donc de construire une stratégie circulaire de l’eau à l’échelle des entreprises de l’Association AGROLANDES ENTREPRISES.


Valorisation des jus d'ensilage de maïs

En termes de projet de développement, AGROLANDES est sur le point de conduire une étude portant sur la valorisation des jus d’ensilage de maïs doux. Cette étude visera à valider un process de valorisation global comprenant la concentration, la valorisation et ses coproduits (digestat méthanisation, digestat insecte …). Ce process sera étudié d’un point de vue technique et associé à un modèle économique.


Valorisation des fumiers et lisiers

Au sujet de la valorisation des fumiers et lisiers, la majorité des échanges du groupe de travail a concerné la filière palmipèdes, pour deux raisons principales :

La filière Palmipèdes reste majoritaire sur le département des Landes

 

La méthanisation apparaît depuis quelques années comme une voie de valorisation supplémentaire pour la filière canard, c’est une alternative à l’épandage associé à un gain de temps et d’argent. De plus, le digestat de méthanisation pourrait être utilisé comme intrant dans les cultures. Néanmoins, le modèle économique de ce process reste fortement lié à la distance avec le méthaniseur.  

Deux critères sont à prendre en compte pour un process de valorisation des lisiers en méthanisation :
la concentration en matière sèche  (méthode de séparation eau/matière organique) et les process de récupération et de stockage des lisiers. 
Cependant, la concentration de la matière sèche n’est pas le 1er critère de choix des méthaniseurs. Les lisiers intéressent les méthaniseurs car ils contiennent de l’eau et de la matière sèche diluée. 
Le tarif de reprise des lisiers et donc la distance exploitation-méthaniseur déterminera au final le modèle économique de valorisation.

Le lisier, son stockage et son traitement, durant les deux dernières crises aviaires ont été des sujets de première importance d’un point de vue sanitaire.

 

En effet, le lisier « frais » en période de crise aviaire a pu être un vecteur important pour la diffusion du virus. Durant la crise aviaire 2016, le GIP AGROLANDES a travaillé sur une méthode d’hygiénisation du lisier de canard par voie de méthanisation. Ce process a d’ailleurs fait l’objet d’une publication scientifique porté par l’ENVT.

La poursuite du travail sur le périmètre des Lisiers/Fumiers concernera principalement les méthodes de concentration de la matière sèche, les méthodes de séparation Solides/Liquides et les techniques d'hygiénisation en contexte de crise Influenza aviaire.

Le GIP AGROLANDES se donne ainsi pour mission de réaliser une typologie des méthodes de récupération/stockage des lisiers existantes dans la filière, ainsi que de fournir à ses adhérents une étude technico-économique des process de valorisation existants et associés (fertigation, compostage, épandage, méthanisation …).


Valorisation des viscères de poissons

Il s’agit pour ce groupe de travail d’un projet de développement à part entière.
Trois entreprises y sont impliquées : AQUALANDE, LABEYRIE et DELMAS.

Le gisement landais de viscères s’élève à 1 500 T/an et le volume des coproduits à environ 10 000 tonnes. Aucune valorisation n’est réalisée à ce jour dans le Sud-Ouest. Les deux voies existantes, engendrant des coûts logistiques importants, sont l’Espagne pour une valorisation « coproduits » en farine animale et huile, ou le Nord de la France pour une valorisation « 100% Viscères ». 

Le groupe de travail vise à la mise en place de circuits de valorisation à plus forte valeur ajoutée pour les entreprises impliquées. Ce développement passe par l’identification des modes de valorisation existants et des filières mises en place. L’analyse portera sur le modèle économique associé à une localisation géographique, un process de traitement du gisement et une filière de valorisation.


Valorisation avale filières animales 

Le travail initié dans ce groupe portera sur la caractérisation globale des coproduits de la filière palmipèdes à savoir : sang, viscères, et plumes de canards. 


methanisationMéthanisation

Afin de pouvoir se baser sur une veille réglementaire/technologique fiable et complète en matière de méthanisation et de valorisation du digestat, le GIP a souhaité s’associer à une structure reconnue dans la filière. Depuis le mois d’avril, le GIP AGROLANDES est adhérente au Club Biogaz, structure de promotion et d’accompagnement des filières de production et de valorisation du biogaz. Partenaire technique de prime abord, le Club Biogaz travaille également sur les évolutions réglementaires à l’échelle nationale et européenne propre à favoriser la méthanisation et la valorisation du biogaz.

Au sein du groupe de travail, le principal sujet soulevé par les entreprises a porté sur la caractérisation et la valorisation du digestat. Il est important de souligner que le sujet de la « Méthanisation » est à relier avec les objectifs des autres groupes de travail sur la REUSE des eaux de process et effluents de production, la valorisation des fumiers et lisiers, et les conséquences de l'utilisation des produits biocides.
Le travail de caractérisation du digestat et de suivi des filières de valorisation possibles est donc à corréler avec l’avancement de ces autres groupes de travail.